Everything Happens For A Reason

Welcome to Everything Happens For A Reason, the PODCAST I have launched on March 15th, 2023, to address the business side of creative jobs.
Because my whole career has been dedicated to both — business development and creativity enhancement.

On the 15th of each month, I will interview an artist, a designer, or a person promoting and supporting Creatives.
We won’t talk about the creative process — fascinating, of course, but already approached in other media.
We will discuss how they manage and promote their work, how the magic operates behind the scenes.

Original music for the podcast (double bass and jingle), studio recording sessions for solo episodes, production for all episodes: Philippe Drevet

Podcast - Lili Bonnet Management
Épisode #1 • solo • du burn-out à l’entrepreneuriat

In this first episode, I wanted to introduce myself and go through my career.
I talk about the game-changing encounters I made, the life-saving burnouts I went through, and the mind-blowing venture of setting my own business.
It’s in French, but stay tuned for future content in English!
And please feel free to get in touch with me.

Épisode #2.1 • interview • Créer son propre business model, avec India Mahdavi

I am delighted to welcome India Mahdavi as the first guest.
An architect and designer, she has built her own business model — she calls it her ecosystem.
She’s had an organic growth ever since, which is actually the key to her continuous success.

With sincerity and her (legendary) sense of humour, India talks about the reasons why she chose this job; her team; and the industry.

She treats us with deep insight, genuine advice, and many “quotes of the day” as I like to call them.

The whole interview is in French — stay tuned for Episode 2.2 (April 15th), a solo bonus in English in which I go over the highlights of our conversation.

Episode #2.2 • bonus • english • How India Mahdavi has built her own business model

In this solo bonus episode, I wanted to share the highlights of the interview with India Mahdavi.
I worked with India from 2012 to 2021, as the Office Manager at the studio then Sales Manager at the showroom.
More than my former boss, she has become a mentor, and she is like a godmother to me and to this new podcast.

I am truly honored to have her as our first guest.
It was a delight to interview her and explore with her the fields of management, leadership, staff, communication…
These are unusual questions for creatives, and India’s answers were truly genuine, and so inspiring for anyone who’s a creative, or an entrepreneur, or both.

Episode #3.1 • english • Salone del Mobile 2023 with Alberto Cavalli, Sarah Quan, Riccardo Villa Fabbiati & Chloé Nègre •

Whether you are a designer, a brand, a journalist, or simply a design lover, MILAN DESIGN WEEK is definitely the place to be in April.

This was my second Salone del Mobile and I enjoyed it even more than last year because I knew my way around the city a bit more, I had more places to go to, and more people to connect with.

And this time, I also had the podcast in mind.
I am glad to introduce you to the 4 wonderful persons I had the opportunity to briefly interview :
– Alberto Cavalli, Executive Director of the Michelangelo Foundation for Creativity and Craftsmanship — based in Geneva
– Sarah Quan, Creative Director and co-founder of Villa Nomad — based in Zürich
– Riccardo Villa Fabbiati, Designer and Founder of Monstrum Studio — based in Milan and Paris
– Chloé Nègre, Designer and Founder of Studio Chloé Nègre — based in Paris


The energy is really incredible in Milan during design week.
And as Alberto said, it really is the opportunity for everyone to challenge themselves, to create amazing experiences and basically to go bigger, higher and further every year.
A great example of this is Dimore Studio — I think we can say that they steal the show each time, in a good way!
I was completely blown away by the installation at Dimore Centrale. J’ai pris une claque esthétique. It was an immersive, magnificent and decadent, back in time, all in the details, decor & scenography. And everyone agreed that it was their favorite of all.

I also loved Gubi at Bagni Misteriosi — amazing location, great set up, the Gubi team were easy to talk to, they were really eager to know if people enjoyed it, and the whole thing was pretty well run.

And, of course, part of my top 3 was the Doppia Firma exhibition at Palazzo Litta where I interviewed Alberto Cavalli. I was familiar with the concept of « double signature — a dialogue between design and artisanal excellence » as India Mahdavi participated in 2018. I particularly like how they place the artisan, the « maestro d’arte », at the same level as the designer. And how the pieces interact with the palazzo, too. It’s like a conversation between the antique and the contemporary.

Which is actually what Milan is all about.
And as each of my 4 guests summed it up pretty well in one word — Salone stands for Epiphanies, Collaborative, Solare and Primavera.
And how would I describe Salone 2023 in one word? Exaltant. Exhilarating!
See you next year!

Episode #3.2 • bonus • recap en français • Salone del Mobile avec Alberto Cavalli, Sarah Quan, Riccardo Villa Fabbiati & Chloé Nègre •

This is the recap in French of the Episode #3.1 which is fully in English

Épisode #4 • interview • Créer en binôme, avec Les Crafties

Qui sont Les Crafties ?
Les Crafties c’est un duo de designers et scénographes, composé de Marie-Marie Vergne et Jeanne Martin Taton.
Les Crafties ce sont deux jeunes femmes qui viennent du Sud, respirent le Sud, vivent dans le Sud — après de brèves incartades nordistes pour leurs études et leur premier atelier — et expriment le Sud dans chaque centimètre carré de leur travail, qui s’inspire notamment de la faune et la flore Méditerranéennes et de leurs souvenirs d’enfance.

Quand on rencontre Les Crafties, on ressent immédiatement la joie, la complicité et la confiance qui les lie.
Ce qui m’intéressait c’était de comprendre comment elles ont commencé, comment elles travaillent en binôme, les éventuelles difficultés qu’elles rencontrent, et leur rapport à l’autre.

Elles n’avaient pas prémédité de créer leur studio avant de participer à la première édition de la Design Parade Toulon organisée par la Villa Noailles — et elles en parlent merveilleusement bien : « Les équipes sont extraordinaires, et c’était la première fois qu’on nous donnait les moyens de bénéficier d’une équipe technique — de passer, au-delà du scolaire, à une réalisation dans le réel ».

Elles nous parlent aussi de leurs environnements familiaux respectifs, qui les ont encouragées à vivre de leur art, et de tout ce que leur apporte leur duo.

Episode #5 • interview • Promouvoir la jeune création, avec Jean-Pierre Blanc

Jean-Pierre Blanc is the Director of the Villa Noailles, which operates as a national hub for fashion, art and design.
He is a passionate, committed man with strong values and he is devoted to promoting young artists and designers.

Episode #6 • solo • Ode à l'oisiveté

Le mois d’août en France, c’est sacré.
Ça rime avec congés payés, coquillages et crustacés, chassé-croisé, bison futé.

Et c’est surtout une invitation au farniente, à la dolce vita — à l’oisiveté.
L’oisiveté — dont l’étymologie latine “otium”, s’oppose au “negotium” — désigne “l’état de quelqu’un qui vit sans travailler et sans avoir d’occupation permanente” (Larousse).

Souvent associée à la paresse, elle est pourtant indispensable à la régénération, et donc à la créativité.

Episode #7.1 • interview • Etre créatif, se révéler entrepreneur, devenir manager — avec Ismérie

Avec <Ismérie, on a parlé de tout sauf de cheveux.
Et pourtant les cheveux, c’est sa passion.
Comme elle aime se définir, elle est « hair lover » — amoureuse de chevelures.
•​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​
Dans un entretien empreint de sa sincérité, son humour et son humilité, elle nous raconte notamment comment elle a été rattrapée par son destin, comment elle a commencé dans la coiffure avant de fonder son salon éponyme @atelier_ismerie il y a 10 ans, ses galères d’entrepreneur et ses erreurs de manager.
•​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​
Ce qui me fascine chez Ismérie c’est son agilité — sa flexibilité, son aptitude à écouter son entourage et son équipe, se remettre en question et apprendre de ses erreurs, prendre des décisions rapidement et oser.
Et sa capacité à créer du lien. Ce qui plaît à sa clientèle, qui est devenue sa communauté, c’est évidemment le talent et le sens du service mais c’est aussi un style détendu, naturel, accessible.
•​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​
Ismérie s’est entourée de personnes tout aussi merveilleuses, animées des mêmes valeurs :
💇‍♀️ Ambrine @ambrinegrs
🔥 Clémence @clemence_flamme
🎨 Lucas @lucas_coloriste
✂️ Marc-Antoine @marc_antoined
•​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​


Episode #7.2 • bonus • Le coaching a changé ma vie, avec Ismérie

Après l’interview d’Ismérie, fondatrice du salon de coiffure Atelier Ismérie, voici un bonus sur un sujet qu’elle tenait à aborder car ça lui a changé la vie : le coaching.

Episode #8 • interview • Du multi-skilling à la création d'une boutique singulière, avec Olivia da Costa

Olivia da Costa — AKA Olivia du Please — est à l’origine de Please Magazine, Please radio, et plus récemment de Pleaseness, qu’elle a conçue comme une émanation de Please.

Pleaseness, c’est d’abord un e-shop, ça a été un pop up au Printemps Haussmann, et c’est depuis quelques mois une boutique, située 33 rue d’Hauteville dans le 10e à Paris.

On y trouve une sélection d’accessoires vintage, qu’Olivia passe beaucoup de temps à chiner.
Et c’est vraiment à son image — ça brille, c’est graphique et coloré, avec la dose de kitsch nécessaire à être finalement hyper pointu.

Collectionneuse, obsessionnelle, workaholic, perfectionniste et pleine d’énergie, Olivia se laisse porter par ses envies.
« C’est ça ma force — j’ai envie de faire un truc, bam! Je le fais »

Olivia a finalement consacré toute sa carrière à mettre les gens et les objets en valeur, et c’est donc un peu à son tour d’être dans la lumière, maintenant qu’elle est au contact direct de la clientèle dans sa boîte à bijoux en 3 dimensions.

Episode #9 • interview • Comment travailler dans la mode sans participer à une industrie qui pollue, avec Marina Dias

Designer free-lance spécialisée dans la conception de vêtements et accessoires en cuir, Marina Dias est depuis 2020 la directrice artistique de la marque Cordiz.
Maroquinerie de luxe made in France, Cordiz a été fondée par son père, Flavien Dias, en 1988.

Après avoir été quelques années en sommeil, la marque renaît sous l’impulsion de Marina qui dessine des modèles en série très limitée, et qui prend part aux discussions stratégiques avec son père, dans le but de proposer un environnement — de travail, et pour la planète — qui soit écologique pour tous.
Leur souhait est de créer un nouveau paradigme de consommation et de production raisonnée — d’où la baseline de Cordiz, « pour des sacs qui traversent le temps ».

Marina a quitté Paris il y a 6 ans pour vivre sur la côte landaise et elle nous raconte notamment comment sa nouvelle vie lui permet d’être beaucoup plus à l’écoute de ses besoins fondamentaux.
Elle fait régulièrement des allers-retours à Paris — car on ne quitte jamais vraiment Paris ! — mais si j’ai choisi de l’interviewer chez elle, à Seignosse, c’est parce que c’est ma région de coeur.

Nous avons abordé de nombreux sujets, comme :
– travailler dans la mode sans vivre à Paris
– les avantages et les challenges d’une entreprise familiale
– sa méthodologie en tant que free-lance qui dessine pour plusieurs marques, ainsi que pour la maison familiale
– son leadership au sein d’une équipe de free-lances
– les difficultés pour recruter et fidéliser des artisans, et faire perdurer des savoir-faire précieux
– la communication et la collaboration avec l’agence Frontrow Paris

Episode #10.1 • interview • La prise de décision au service de la liberté créative, avec Malika Favre

Dans cet épisode, on voyage jusqu’à Barcelone pour rendre visite à Malika Favre.
Artiste française qui a lancé sa carrière à Londres et y a vécu pendant plus de 15 ans, Malika a eu envie de se rapprocher du soleil et des couleurs du Sud il y a quelques années.
Son appartement est à son image : chaleureux, accueillant, graphique et coloré.

Depuis qu’elle a commencé à dessiner, enfant, Malika n’a jamais arrêté.
À l’intersection entre le Pop Art et le Op Art (Optical Art, art optique), son style est tellement identifiable que l’on connaît forcément son travail — même si l’on a parfois du mal à mettre son nom sur ses illustrations.

Elle collabore avec les plus grandes marques, les plus grandes éditions, mais c’est à travers le prisme des rencontres que l’on a abordé cet entretien.
Car comme elle le dit si bien, on parle souvent des projets que l’on a réalisés, mais on a tendance à oublier de parler des gens avec qui on a travaillé.


Et si j’ai choisi de déroger à la règle du 15 de chaque mois pour ce nouvel épisode, c’est tout simplement parce que le 14 décembre, c’est son anniversaire. Alors happy birthday Malika, et merci pour ta générosité !

Episode #10.2 • bonus • english • How Malika Favre has made her creative freedom a priority

This month’s guest is French artist Malika Favre.
And even though she speaks perfect English, we hesitated and finally decided to do the interview in French. 
Because it’s her mother tongue — and so that her mother, Ouisa, could actually listen to one of her daughter’s podcasts for once ! 
So I thought it would be nice to add a bonus in English for non French speakers, with a quick recap of our conversation.
• 
You might not know Malika Favre’s name — but you have most likely come across her illustration work over the internet, billboards, books and/or magazines.
Famous for her Pop Art meets Op Art bold style, she has already done a dozen of covers for The New Yorker — the ultimate goal for all illustration artists — ; the poster of the 2017 edition of the Montreux Jazz Festival — the ultimate goal for all jazz fans — ; dozens of covers for Penguin Books, editorial work for Vogue, and even 2 art books published by Counterprint.  
• 
• 
We addressed many subjects including: starting a career as an artist; why and how to choose your agent(s); copycats; building a reputation; building a community; collaborating with cool people and great brands; workload and time-management.
• 
What’s next?
Never stop drawing.
Make more objects. 

Episode #11 • interview • L’acquisition, la conservation et l’exposition des œuvres, avec Laurent Cotta

Laurent Cotta est conservateur, en charge du département des arts graphiques du Palais Galliera, Musée de la Mode de la Ville de Paris.
Lieu emblématique pour tous les connaisseurs, mais loin d’être élitiste puisqu’il appartient à la ville et a donc une mission de service public. 
• 
Mais ce n’est pas au Palais Galliera que j’ai rencontré Laurent Cotta ! 
Il m’a accueillie dans un lieu exceptionnel — les réserves et ateliers de restauration et de conservation préventive du musée, quelque part dans Paris.
• 
Installés dans l’une des réserves, en sous-sol, nous avons parlé des devoirs et fonctions d’un conservateur de musée, 
du statut inaliénable des œuvres, 
de la construction d’une exposition ; 
mais aussi de vanités, de trésors, de paradoxes, d’ego, 
et même de la robe de Marilyn Monroe portée par Kim Kardashian au Met Gala.

Episode #12 • interview • Optimiser sa présence digitale, avec Nina Senoyer

Dans cet épisode, j’accueille Nina Senoyer.
Ce qui m’intéressait avec Nina, c’est qu’elle a récemment opéré une reconversion professionnelle et je voulais donc connaître son parcours jusqu’à son nouveau métier : rédactrice web SEO.

Si vous ne savez pas exactement ce que signifie cet acronyme anglais et en quoi cela consiste, ça tombe bien, car on aborde le sujet en détail dans cet entretien. 
Sa promesse ? « vous aider à prendre la place que vous méritez sur Google »

Nous avons évidemment parlé d’optimisation de site internet, des moteurs de recherches, des réseaux sociaux, et aussi :
– de l’importance de la qualité de contenu et de la pertinence des mots que l’on utilise 
– d’intelligence artificielle et en particulier Chat GPT
– de la tendance actuelle à se former encore et toujours, et l’offre pléthorique de formations proposées sur les réseaux
– de l’agilité de l’entrepreneur, et de la nécessité de s’organiser et déléguer 

Et enfin, nous avons abordé un sujet qui me tient particulièrement à coeur, et qui est justement au centre de sa reconversion : l’ikigai.